Où va la protection sociale ? Entre les belles paroles, les bonnes intentions et la frénésie réglementaire qui préside à la mise en application des décisions, l’année 2015 s’achève sur un sentiment de confusion. Seul point positif : on ne s’ennuie pas ! Retour sur un semestre riche en déceptions, en rebondissements, mais également en motifs d’espoir.

Faites le plein de joies simples pour les fêtes de fin d’année !

Simplification des procédures et libéralisation du marché : un grand malentendu

Le choc de simplification aura-t-il lieu ? Il est permis d’en douter. Certes, de nombreux indices attestent d’une volonté générale de simplifier les procédures et libérer le marché : loi Macron, fin des contrats de prévoyance cadenassés, procédure DSN,… Nous avons même salué la délicate initiative de la direction de la Sécurité sociale qui, dans une circulaire de mai 2015, s’efforçait de synthétiser en un seul document, toutes les réglementations entourant les IJSS. 

Malheureusement, la fin d’année nous rappelle que les adeptes de la complexité n’ont pas rendu les armes. Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale en fournit la preuve. En quelques articles particulièrement embrouillés, il sème la confusion dans la mise en œuvre de la généralisation de la complémentaire santé. 

L’obsession du législateur semble être de tout prévoir pour éviter toute forme de discussion ou d’initiative au sein de l’entreprise. C’est pourtant sans le patronage des pouvoirs publics que les partenaires sociaux ont signé, en octobre 2015, un accord important sur le financement des régimes de retraite complémentaires Arrco et Agirc, qui recule de facto, par le dialogue social, l’âge de départ en retraite à taux plein.

Une année 2016 placée sous le signe de l’innovation

Quand ils ne sont pas occupés à décrypter les évolutions réglementaires, les employeurs peuvent se tourner vers l’avenir et les défis qui les attendent. La santé, la prévention et le bien-être en entreprise font désormais partie des préoccupations des managers. C’est ce que nous avons ressenti clairement lors du petit déjeuner, organisé le 27 octobre, pour présenter à nos clients notre programme GPS (Gerep Prévention Santé). Ce dispositif d’assistance aux salariés prendra son essor en 2016.

Dans un marché qui se standardise, Gerep s’efforcera également de continuer d’améliorer ce qui fait sa force : la proximité avec ses clients et la qualité du conseil et des services, notamment dans son activité de gestion. D’ailleurs, c’est probablement dans ce registre que la digitalisation qui transforme l’économie aura le plus grand impact, bénéfique, sur notre métier de courtier. Les défis ne manquent pas. Et qu’il s’agisse de réagir à de nouvelles fantaisies règlementaires ou de préparer l’avenir de la protection sociale, nous démarrerons l’année 2016 tambour battant.

En attendant, toute l’équipe de Gerep vous souhaite de bonnes fêtes de fin d’année.