Période analysée 20 janvier – 30 mai 2020

FOCUS SUR LES SEMAINES DE DÉCONFINEMENT 

Les deux premières vagues, du baromètre GEREP, ont d’ores et déjà permis d’observer des chutes de près de 90% de la consommation médicale au plus fort de la période de confinement qui a pris fin le 11 mai dernier.
Que s’est-il passé depuis le 11 mai ? La consommation médicale fait elle l’objet d’une reprise en douceur ou connait-elle une remontée aussi brutale que la baisse enregistrée lors du confinement ? Quelle projection sur la consommation annuelle ?

Vague 1 : 20 janvier – 27 avril 2020 / Vague 2 : 20 janvier – 09 mai 2020 /
Vague 3 : 11 mai au 30 mai 2020

PRESTATIONS EN SANTÉ :

  • 30 % du 20 janvier au 30 mai 2020 vs 2019
  • 6.3 % sur les 3 semaines post confinement vs 2019

LES SOINS DENTAIRES :

  • 35 % du 20 janvier au 30 mai 2020 vs 2019
  • 14.8 % sur les 3 semaines post confinement vs 2019

LE SECTEUR OPTIQUE :

  • 55 % du 20 janvier-30 mai 2020 vs 2019
  • 6.4 % sur les 3 semaines post confinement vs 2019

GEREP, société de courtage en assurance collective, s’est attachée par le biais d’une étude menée auprès d’une partie significative de son portefeuille clients (panel d’environ 60 000 bénéficiaires), à connaître les évolutions de consommations et de comportements de ses assurés dans ce contexte de crise sanitaire et économique.
Cette analyse a été effectuée dès l’annonce officielle des premiers cas de Covid-19 (24 janvier 2020) et a eu lieu d’une manière hebdomadaire :

  • Vague #1 [publiée le 23 avril 2020] : 13 semaines de données observées
  • Vague #2 [publiée le 14 mai 2020] : 15 semaines de données observées
  • Vague #3 [publiée le 10 juin 2020] : 19 semaines de données observées

Principales conclusions de l’impact « consommation » sur la complémentaire santé

[Analyse période globale « crise Covid-19 »] : Un net recul des prestations en santé : -30% sur la période vs 2019 (20 janvier au 30 mai 2020)

Sans surprise, l’étude GEREP avait révélé que la crise du Covid-19 était très impactante sur les dépenses santé des français. Sur les 19 semaines de la crise sanitaire (à partir de la semaine du 20 janvier), il est constaté une baisse de 30% par rapport à la même période de l’année 2019.

  • Une accentuation avait été enregistrée à partir de la semaine de l’annonce du confinement (-64%), qui s’était suivie d’un pic de baisse significative la semaine du 23 mars au 29 mars (-76% des dépenses de santé en moyenne). Les 3 semaines suivantes étaient restées à ce même niveau (-74%).

[Analyse post-confinement] Une nette amélioration : -6.3% sur la période vs 2019 (11 mai au 30 mai 2020)

La fin du confinement (11 mai) marque clairement un changement de tendance de la consommation médicale des français. En effet, après avoir connu une baisse de l’ordre de 70% lors de la période de confinement, les 3 premières semaines post confinement enregistrent une baisse  de -6.3%. Un inversement attendu mais qui s’avère plus rapide que prévu.

Une situation contrastée selon les actes

L’étude GEREP s’est également attachée à analyser dans le détail, l’impact du Covid-19 sur les principaux postes qui représentent 80% des dépenses d’une complémentaire santé, à savoir :

  • Optique 26% des remboursements – Dentaire 21% des remboursements
  • Consultations visites 11% des remboursements – Hospitalisation 11% des remboursements
  • Pharmacie 10% des remboursements

LE SECTEUR OPTIQUE  

[Analyse période globale « crise Covid-19 »] :

-55% sur la période étudiée vs 2019 (20 janvier au 30 mai 2020)

Le secteur optique a vécu un début d’année marqué par la mise en application effective du plafonnement des équipements optiques à la suite de la réforme dite du « 100% Santé ». Les remboursements d’équipements optique avaient donc logiquement baissé, et ce, avant même le confinement, en revanche un décrochage violent avait été noté dès la semaine du 16 mars.

  • Un premier niveau de baisse, certainement lié au 100% Santé, avait d’abord été observé (-33.6% en moyenne) avant une chute vertigineuse de plus de 90% de la consommation en période de confinement.

[Analyse post-confinement] – Une consommation qui dépasse le niveau d’avant crise :  -6.4% sur la période vs 2019 (11 mai au 30 mai 2020)

Hausse significative de la consommation sur la période de déconfinement par rapport au début d’année, avec inversion des courbes dès la 3ème semaine de déconfinement et effet de rattrapage marqué.

En effet, la consommation d’optique se révèle être dynamique depuis le déconfinement, celle-ci s’établit à -6.4% à comparer à -33.6% lors des deux premiers trimestres de l’année. Il est à noter que la consommation est repartie dès la première semaine de déconfinement : -23% vs -61% la semaine précédente.

LE SECTEUR DENTAIRE

[Analyse période globale « crise Covid-19 »] :  -35% sur la période étudiée vs 2019 (20 janvier au 30 mai 2020)

L’application de la réforme 100% santé, qui prend en compte la position de la dent et le matériau utilisé pour les prothèses dentaires, a plutôt augmenté le niveau des remboursements depuis le début d’année. La période de confinement, avec la fermeture des cabinets dentaires, a réduit à presque zéro la consommation (-93%).

[Analyse post-confinement] – Une consommation revenue à son niveau d’Avril 2019:  -14.8% sur la période vs 2019 (11 mai-30 mai 2020)

Le secteur des prothèses dentaires a quasiment déjà rattrapé son niveau d’avant crise (-3% observés la semaine du 17 mai).

Impact sur la gestion prévoyance

Après avoir constaté pendant la période de confinement une augmentation du nombre de déclaration d’arrêt de travail de 50% en mars et de 100% en avril par rapport à une moyenne mensuelle, GEREP constate un retour à la normal de la gestion des arrêts de travail.

  • 39 ouvertures sinistres par semaine en moyenne en 2019 et avant confinement
  • 80 ouvertures sinistres par semaine en moyenne pendant le confinement, avec un pic à 128 par semaine les deux 1ères semaines de confinement
  • 39 ouvertures par semaine post confinement

Méthodologie

Etude menée auprès d’une partie significative du portefeuille clients GEREP :  Panel de 60 000 bénéficiaires en gestion.

Analyse effectuée dès l’annonce officielle des premiers cas de Covid-19 (24 janvier 2020) d’une manière hebdomadaire (semaine du 20 janvier à la semaine du 27 avril, soit 14 semaines de données).

Afin de « neutraliser » les variations d’effectifs, GEREP a retraité les résultats de consommation des effectifs sous risque, chaque semaine.

Important : Certaines données communiquées, le 23 avril 2020 et le 14 mai (VAGUE 1 et 2 de l’étude) ont pu évoluer. En effet, GEREP a effectué un ajustement des données en prenant en compte certains actes intervenus pendant la période étudiée pour les VAGUES 1 ET 2 (semaine du 20 janvier à la semaine du 9 mai) mais reçus/traités par GEREP après la période.

Vous pouvez télécharger le communiqué à ce lien.

Vous pouvez lire l’édition 1 à ce lien

Vous pouvez lire l’édition 2 à ce lien

Damien Vieillard-Baron